Le voile de la mariée

Dans la Rome antique, le symbole du voile est étroitement associé au mariage : le verbe nubere signifie « voiler » et « se marier »

Vous aimez, Partagez !

Pudeur et respect
Le voile est universellement compris comme un symbole de subordination. Il exprime d’abord et avant tout la condition subalterne de la femme. Celle-ci n’est que la propriété de l’époux ou du père. Le voile de la mariée, qu’on rencontre dèjà en Grèce et à Rome, avait probablement à l’origine la même signification, de même que le voile des religieuses consacrant leur virginité à Dieu, le divin Époux. En ordonnant ainsi à la femme de cacher son visage ou sa tête, la religion n’a fait que reprendre un antique usage: seul l’époux légitime peut dévoiler le visage de sa femme, trop beau pour être vu du reste des hommes.

Le voile actuel, court et léger, apparaît au début du XIXe siècle. Il s’allongera par la suite. Le port du voile de mariée est notamment un vestige de l’époque où l’on estimait nécessaire de dissimuler la jeune femme afin que les mauvais génies ne puissent pas la reconnaître. On dit en effet que les esprits rôdent tout particulièrement autour d’une jeune femme le jour de ses noces. Le voile symbolise ainsi la volonté et la prière de la mariée d’être préservée de toute souillure.

À l’époque des mariages arrangés, la femme était vêtue d’un voile la couvrant de la tête aux pieds. Il a longtemps été de couleur jaune ou rouge, ressemblant ainsi au feu, pour effrayer les esprits et décourager les jaloux et les envieux. La mariée ne se dévoilait qu’au dernier moment, afin d’éviter également que son promis ne se sauve en courant devant un visage avec lequel la nature n’aurait pas été généreuse… Cette coutume d’actualité dans une grande partie du monde.

Traditions.
Chez les Hébreux, le voile représente la jeunesse, la modestie et la virginité. La jeune femme cache sa beauté aux regards, mais dissimule aussi sa pudeur, parfois ses larmes et son appréhension. Le voile préserve son intimité. Au Maghreb, le voile traditionnel s’appelle litham. Il couvre le bas du visage des femmes mariées. Il est d’origine berbère. Mais c’est plus un truchement qu’autre chose: le voile ne cache pas tout à fait et invite à connaître…

Dans la Loire notamment, la tradition régionale veut que le voile, aussi appelé le  » joug « , soit porté par les pères ou les garçons d’honneur au-dessus de la tête de la mariée. II sert aussi à légitimer les enfants nés hors mariage. Dans le mariage juif, la houppah, dais nuptial couvrant le couple pendant la cérémonie, symbolise la présence et la protection de Dieu mais aussi l’entrée de la fiancée dans une nouvelle famille.
– La femme veuve ou divorcée ne porte pas de voile, symbole de virginité.
– Superstition: dans le Tarn, il faut orner les ruches d’un bout de voile de la mariée pour ménager les abeilles qui, paraît-il, s’attachent aux maisons respectables.

Source: Livre

Arnaud Roulet

Webmaster - Passionné par les médias sociaux, le web-marketing, la mode et la déco. Blogueur et concepteur web par passion depuis 1999. Créateur et Administrateur de Notremariage.net. Je vous invite à me suivre ou me contacter via : Twitter ou Google+

shares